Les installations de tri STADLER et la problématique globale des déchets

Nous avons un problème avec les déchets, de niveau mondial: nous en produisons une quantité incroyable de deux milliards de tonnes par an. La Banque mondiale prévoit une augmentation de 70 % de ce chiffre d’ici 2050. Ce sont essentiellement des déchets en plastique, dont la quantité actuelle dans le monde dépasse les 6 milliards de tonnes. Cela correspond au poids d’un milliard d’éléphants adultes. 

Effets sur l’environnement

Pour leur plus grande part, ces déchets plastiques ne sont pas regroupés en décharge, et encore moins recyclés. Ils se retrouvent dans la nature, où ils se dégradent progressivement sur une période très longue. Et même après cela, leurs microparticules polluent les sols et les eaux. De plus, les décharges et l’incinération des déchets produisent d’énormes quantités de gaz à effet de serre et renforcent le changement climatique. Cela signifie que: Il est urgent de mettre en place une économie circulaire fonctionnelle. Il existe une demande pour le recyclage, dans des proportions bien plus grandes qu’autrefois.

Des technologies de tri de pointe et d’excellents composants sont indispensables pour un recyclage efficace

En particulier pour les plastiques, la qualité du recyclage dépend fortement de la pureté variétale du matériau utilisé. C’est précisément là que STADLER intervient avec son savoir-faire et son expérience.

Nos installations de tri apportent une contribution importante à la transformation de notre économie linéaire, finissant en décharge, en économie circulaire. Le potentiel d’économies en émissions de gaz à effet de serre se situe également dans des ordres de grandeur importants: Chaque tonne de plastique recyclé utilisé à la place d’un plastique neuf économise entre 1,5 et 3,2 tonnes de gaz à effet de serre.

Cela signifie qu’une installation STADLER qui trie chaque année 100.000 tonnes de plastique avec une grande pureté variétale contribue à éviter 150.000 à 320.000 tonnes annuelles de gaz à effet de serre. Cela correspond aux émissions annuelles moyennes d’environ 16.000 à 36.000 personnes en Allemagne.